Guerre d’Algérie: Emmanuel Macron face au piège de la mémoire

Le président a reconnu samedi les «crimes inexcusables» commis selon lui par la République contre les manifestants algériens, le 17 octobre 1961 à Paris.
Le Figaro – Politique – L’actualité du gouvernement et de l’opposition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *